Sunday, July 12, 2009

Océan mer - Alessandro Baricco


Baricco's bøger er altid lidt fabelagtige, mystiske, tidsløse og eventyrlige... men denne er det endnu mere end Nittenhundrede, Silken eller Denne historie, som alle var eventyrlige i mine øjne. Jeg har faktisk utroligt svært ved at beskrive selve handlingen, da bogen i sig selv er komponeret på en meget usædvanlig måde - lige præcis det har den til fælles med "Denne historie".

Scenen er sat et fiktivt sted, hvor alting har fiktive navne - en pension helt ude på kanten af havet; en pension, som bebos af mystiske små børn, som hjælper de syv gæster med at finde det, de leder efter; som hjælper dem i deres drømme; eller som bare bestyrer hotellet. De syv gæster er alle særprægede personnager - en maler, der leder efter, hvor havet begynder og en videnskabsmand, der vil finde ud af, hvor havet ender.... en ung kvinde, der skal lære at leve; hendes præst; en kvinde, der har været sin mand utro... blandt andet.

Den første del fortæller, hvordan og hvorfor de hver især ender på pension Almayer; den anden del er historien om et skibbrud, hvis passagerer kæmper for at overleve til havs - to af protagonisterne fra denne historie er gæster på pensionen. I den sidste del finder vi ud af, hvor de forskellige gæster fortsætter deres liv - og hvordan - efter deres oplevelser ude ved havet.

Baricco's styrke er som i "Silken" at tage et enkelt objekt og bygge sin roman op omkring det. I "Denne historie" er det ligeledes et mere diffust begreb - den ultimative vej - ligesom det i denne historie er Havet, der spiller hovedrollen; ikke de enkelte personer. De er statister til Havets historie. Han beskriver som altid tingene meget poetisk og elegant; et meget lettilgængeligt sprog, som samtidig rummer utrolig meget skønhed og finesse.

Det er svært at komme med en egentlig beskrivelse af handlingen - hans bøger er nogle gange snarere en stemning end en handling; men de er altid bjergtagende i deres enkle tilgang til begreber og fænomener. Det er ikke hans bedste bog - men absolut læseværdig!

------------------------------------------------------------------------

Ce n'est pas le meilleur roman de Baricco - j'ai de loin préféré 'Soie' ou même 'Cette histoire-là'; mais il est capable de faire quelque chose que peu d'auteurs arrivent à réussir aussi bien. Prendre un objet, une pensée, un phénomène et en faire le fondement de toute son histoire. Comme il l'a fait en 'Soie' - avec la soie comme porteur de messages d'amour; dans 'Cette histoire-là' avec l'idée abstraite de la route ou le circuit ultime et parfait comme témoin d'une vie... ici il prend la mer comme personnage principal du livre.

Il y a évidemment d'autres personnages dans cette pension perchée au bord de la mer - la pension Almayer; il y a cinq enfants mystérieux - adultes dans leur façon de faire, mais enfants dans l'aspect - qui aident les locataires; à trouver ce qu'il ne voient pas; à rêver etc. Il y a les sept pensionnaires et un homme mystérieux, qui arrivent à la pension pour des raisons multiples, qui est décrit dans la première partie du livre.

La deuxième partie décrit un bateau naufragé avec la guerre de survie qui mènent deux hommes à un combat face à face dont on ne connaitra pas l'issue - avant que ceux-ci se retrouvent en même temps à la pension. Où il y a aussi un peintre qui cherche où commence la mer et le scientologue qui veut trouver où elle finit... une jeune fille qui doit y aller pour tenter de vivre... mais ces personnages ne sont pas l'histoire principale du livre.

Le caractère principal est la Mer - l'Océan Mer - avec ses forces et ses influences sur tout ce monde; la troisième partie décrit comment et où ils vont tous vivre après avoir quitté la pension... comment cette expérience leur a changé la vie. Petite anecdote - le scientologue finit par trouver cette femme à qui il écrit des lettres depuis des années et qu'il attendait pour tomber amoureux. Elle s'appelle Anna Ancher - une peintre danoise qui faisait partie du mouvement de Skagen; la pointe la plus au nord du Danemark, où deux mers se rencontrent... on pourrait dire qu'une commence et que l'autre termine sur cette pointe, et ils étaient connus pour la lumière spécifique qu'ils captaient dans leurs tableaux peints là-haut! Coincidence? Certes pas...

Il est difficile de décrire vraiment ce qui se passe dans cette histoire; ce sont les mots, la poésie et la légèreté de Baricco qui lui donne son univers particulier. Néanmoins je l'ai trouvé moins beau que 'Soie', 'Novecento' ou 'Cette histoire-là' - mais un beau petit livre bizarre et rêveur en même temps.

No comments: